logo
  • Construction d'un complexe sportif
    Saclay [78]
Maitrise d'ouvrage:Université de Paris Saclay
BET:INCET - ERA - VENATHEC
Programme:Une double salle multisports / une structure d'escalade / salle de danse / trois cours de tennis / un terrain extérieur
Coût Surface: 12 100 000 € / 7 000 m²
HQE:Bâtiment à énergie positive et réduction carbone (E+/C-)
Mission:Concours 2019
Perspectives:AIR STUDIO
Le plan du nouveau gymnase s’organise autour d’une idée : inverser le principe du patio. Les espaces intérieurs et ses promenades se tournent vers l’extérieur végétalisé. Ce principe d’inversion se construit premièrement par une colonnade structurelle en bois, formée d’arcades en plein cintre, et deuxièmement par la façade, en ETFE (membrane dynamique plastique) étant l’enveloppe thermique du bâtiment. Entre la peau et la colonnade, nous organisons un grand espace habité en triple hauteur : la galerie. Un grand lieu intégrant des espaces complémentaires de détente et de convivialité (tennis de table, babyfoot, buvette, canapés…). Un grand lieu pour offrir une nouvelle perspective sur les sports pratiqués, par l’intermédiaire de coursives hautes. Un grand lieu pour encourager les échanges et les interactions entre les usagers.

Les éléments employés pour bâtir les aménagements extérieurs et le bâtiment seront simples, bas carbonés, robustes et unis. Les matériaux minéraux seront employés pour réaliser le parvis, les courts de tennis et la structure secondaire du gymnase, en béton armé. Au cœur du projet, le bois est utilisé pour l’ensemble des arcades du gymnase, pour la structure principale du toit, pour toutes les menuiseries et comme revêtement pour le sol. Pour les locaux utiles, comme les vestiaires, nous proposons la brique de verre translucide pour maintenir un apport de lumière naturelle et garantir l’intimité du local. La façade du gymnase sera elle constituée de quatre membranes d’ETFE sérigraphiées permettant de réguler en temps réel l’apport solaire et le confort des ambiances intérieures. Enfin, la végétation devient matière d’architecture par l’usage d’arbres à grandes tiges pour dégager les vues, de pelouses fleuries, de cheminements plantés, de noues paysagères, etc.